Ordre de la semaine 47: Du 16 au 20 novembre 2016

Mesdames, messieurs, bonjour à toutes et à tous,

 

La cérémonie d’aujourd’hui prendra une forme particulière.

Compte tenu des évènements dramatiques de ce week-end, j’ai choisi de limiter mon propos à la mise en exergue des valeurs républicaines de liberté, d’égalité et de fraternité.

Nous nous associerons ensuite à la minute de silence nationale rendant hommage aux victimes des attentats Parisiens.

Au lendemain de ces attentats qui ont frappé notre pays vendredi soir, l’heure est tout d’abord à la compassion, à l’empathie et à la solidarité, envers les victimes innocentes, leurs familles et leurs proches, de cette manifestation indicible de la barbarie.

Nos concitoyens vivaient une soirée insouciante, culturelle ou festive et ils ont été plongés brutalement dans l’horreur de la violence aveugle, de la douleur physique ou psychique et de la mort, ou du spectacle de la mort, injuste, incompréhensible, sidérante.

Leur univers, notre univers, a basculé, violemment, par l’irruption concrète d’une réalité  occultée jusqu’alors, celle d’une France qui est en guerre.

L’heure est donc également, à la résistance et au rejet de la stigmatisation et de l’amalgame, afin que l’ennemi ne triomphe pas, en créant dans notre pays, la guerre civile et le chaos.

Ces évènements dramatiques m'amènent à vous parler aujourd'hui de cette république qui est nôtre et que nous devons défendre.

Le mot « République » vient du latin res publiqua, à savoir « la chose publique », à prendre dans le sens de l'existence d'un espace public commun régulé par des lois applicables à tous.

Comme c'est l'intérêt général qui prime sur l'intérêt particulier, chacun se soumet à la loi pour le bien de tous les membres de la République.

En contrepartie, la République s'engage à rechercher le mieux, pour le bien commun.

C'est ce que nous appelons l'idéal républicain.

Nous parlons ici de la notion de don contre don, c'est à dire que  nous acceptons la perte d'une liberté en acceptant de nous soumettre à la loi, uniquement parce que nous savons qu'en contrepartie, la République fera tout pour faire au mieux pour chacun d'entre nous.

Tout l'équilibre de notre idéal républicain se trouve dans cet échange et nous voyons toute la fragilité de cet équilibre dès lors qu'un individu, un groupe, une corporation ou une communauté, refuse cet échange équilibré. 

Car la loi, dans cet équilibre, est la même pour tout le monde et aucune particularité ne peut et ne doit être tolérée.

L'idéal républicain s'appuie sur un certain nombre de valeurs parmi lesquelles celles de notre devise : liberté, égalité, fraternité, que nous devons associer dans le contexte actuel, à la laïcité.

Et cet idéal il convient que chacun d'entre nous en soit le défenseur attentif, acharné et sans concession.

 

Télécharger l'ordre de la semaine
Prises de vues