Présidents des promotions

// Témoignages des Présidents de promotions

Lieutenant Laurent CAGNOT, Président de la FILT 91

Ce sera ma 3ème participation au défilé du 14 juillet à Paris. En effet j’ai déjà eu la chance de défiler à pied en 1989 dans le peloton d’élèves caporaux de la Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris et en 2000, j’ai participé au défilé motorisé toujours dans le cadre de la Brigade. Cette année, je mettrai un point d’honneur, en tant qu’officier, lieutenant de 1ère classe, à représenter la corporation et l’école nationale de la meilleure façon possible.

En tant que président d’une FILT un peu atypique du fait d’une moyenne d’âge de 38 ans, je garderai à l’esprit une de nos valeurs, l’exemplarité, nous nous devrons d’être impeccables pour le public présent, les spectateurs et bien évidemment nos familles.

Les entrainements sont bien menés et progressifs afin de nous préparer pour la fête nationale car nous défilons aux côtés de corps prestigieux qui, eux aussi ont l’habitude du défilé et d’être très applaudis et appréciés. Pour y avoir participé, je sais que les entrainement sur le site de Satory sont aussi impressionnants et très sélectifs.  

Le jour du défilé je penserai à mes proches mais aussi aux absents qui restent présents dans mon cœur ainsi qu’à mes collègues qui participent au défilé de Marseille.

 

Lieutenant Antoine DORVAL, président de la FILT 90

Ce sera mon premier défilé sur les Champs Elysées, c’est donc à la fois une expérience nouvelle et un grand honneur. Pour la corporation des sapeurs-pompiers, c’est la reconnaissance de nos actions et de notre engagement quotidien.

Les entrainements sont rigoureux, le maniement du sabre et l’ordre serré sont des apprentissages exigeants qui demandent rigueur et concentration. Nous nous devons de travailler pour créer un groupe homogène, donner au public un beau rendu et une image positive. Ce sera aussi l’occasion de resserrer les liens entre les stagiaires de notre promotion mais aussi d’en créer avec les autres défilants pour générer une vraie cohésion de groupe.

Lorsque nous serons à Paris, le 14 juillet, nous pourrons alors vivre pleinement cet événement fort et marquant.

 

Lieutenant Stéphane LE GARREC, président de la FILT 92

J’ai servi 24 ans à la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris et dans ce cadre j’ai défilé trois fois sur les Champs Elysées. Motorisé en 1998 et deux fois à pied en tant que chef de centre en 2013 et porte fanion en 2016. J’ai donc fait l’expérience des entrainements et même si chez les militaires, il est d’usage de marcher au pas, les premières répétitions sont toujours laborieuses. Il ne faut pas s’en formaliser car l’amélioration collective est ensuite assez rapide. Les répétitions sont nombreuses et longues et les progrès se font par palier de plus en plus difficiles à franchir. Les organismes sont éprouvés, les pieds en première ligne. Il faut en prendre soin. C’est seulement à quelques jours de la fête nationale que se produit un déclic collectif, le groupe a intégré les tâches à effectuer et l’image qui doit ressortir.

 

Médecin Capitaine Yves LAMAIZIERE, président de la FISSSM

Les entrainements sont un moment déterminant où nous avons beaucoup à apprendre. Lors de mon service militaire, je m’étais déjà familiarisé avec la marche au pas mais je n’avais jamais manié l’épée, attribut des services de santé et de secours chez les officiers. L’ambiance est bonne et permet de favoriser la cohésion au sein des promotions mais aussi avec les stagiaires de FILT.

Je suis fier de représenter l’école nationale et les services de santé et je suis très sensible à la symbolique de la fête national