Entretien avec le Colonel OUOHI, en formation à l'ENSOSP

Entretien avec le Colonel OUOHI, de Côte d'Ivoire, en formation gestion de crises à l'ENSOSP

Le Colonel Gabriel OUOHI est le Chef des opérations à la Protection Civile de Côte d’Ivoire. Il est en stage à l'ENSOSP pour se former à la gestion de crises. Il a accepté de répondre à nos questions.

Quelle formation êtes-vous venu suivre à l’ENSOSP ?

Je suis venu à l’ENSOSP pour suivre une formation à la gestion des crises. En effet, nous avons eu, comme nous les appelons dans notre jargon, « deux cartons » qui ont vraiment émaillé la vie ivoirienne : Un autobus chargé de 65 personnes a dévalé d’un pont de 40 mètres, il y a eu 54 morts ; et en décembre 2012, lors d’une foire au feu d’artifice où près de 85 000 personnes étaient présentes, il y a eu un mouvement de panique dans la foule, les gens ont  été piétinés, il y a eu 63 morts, une femme enceinte écrasée. A chaque fois, nous avons dû gérer avec nos moyens et c’est pour cela que la formation à la gestion des crises initiée par l’ENSOSP en France a été comme une perche pour nous. Nous avons répondu à l’offre de stage et la coopération française m’a permis de suivre le stage.

Pour l’instant je suis le seul stagiaire. En Côte d’Ivoire, je suis chargé des opérations, c’est un rôle d’homme de terrain impliqué dans des catastrophes de ce type là, dans des crises. Grâce à la formation je serai outillé avec des éléments vraiment cartésiens pour aller au plus près de la situation. Ensuite, je vais transmettre sur place mes connaissances. Nous avons un grand projet, la mise en place d’un centre opérationnel, nous en sommes au stade de la mise en place avec des éléments déjà installés et mon stage ici va participer au projet. Je vais voir grandeur nature un centre, un CODIS , un COGIC voir un COD. Il faudra ensuite copier ce qui est positif, sans rentrer dans des grandeurs démesurées comme cela se pratique en France. Nous allons « tropicaliser », c’est-à-dire adapter aux réalités de la Côte d’Ivoire.

Que pensez-vous des infrastructures de l’ENSOSP ?

J’avoue que cela m’a émerveillé. Lorsque j’étais Lieutenant, j’avais fait mes classes aux sapeurs-pompiers de Paris et donc, ma comparaison avait toujours été les infrastructures des pompiers de Paris, et là je découvre l’ENSOSP... J’ai été très bien accueilli, il y a un réel échange avec les formateurs, des retours d’expérience qui vont vraiment profiter à la Côte d’Ivoire dès mon retour.

Je souhaite remercier la Direction de la Coopération et de la Sécurité de la Défense qui a obtenu cette bourse pour le bénéfice de la protection civile de Côte d’Ivoire. J’ai également reçu un très bon accueil de la part de l’ENSOSP, je remercie le Directeur de l’école et tout son entourage. J’ai pu rencontrer le commandant en second, le Colonel Pradon qui m’a présenté de façon solennelle aux autres stagiaires. Je pense que ce n’est pas la dernière fois, que des stagiaires ivoiriens viennent à l’ENSOSP car à travers mon passage, ils vont découvrir l’école. Je pense que nous allons de plus en plus solliciter des stages pour nos officiers, de PRV, des formations, etc…Je suis la tête de pont qui vient de commencer une coopération très riche, elle s’inscrit dans les relations séculaires qui ont toujours été bonnes entre la France et la Côte d’Ivoire.