1ère Cérémonie des Couleurs du Colonel Mené

1ère Cérémonie des Couleurs du Colonel Mené le 21 janvier 2013

Le lundi 21 janvier, le Colonel Francis Mené a prononcé quelques mots lors de sa 1ère Cérémonie des Couleurs en tant que Directeur de l'ENSOSP.

Mot du directeur de l'ENSOSP, le Colonel Francis Mené :

Mesdames et messieurs les officiers, mesdames et messieurs je voudrais également vous dire aujourd’hui quelques mots plus personnels :

Cette cérémonie de montée des couleurs se déroule en effet à un moment particulier, celui du changement de directeur de l’ENSOSP.

Cet instant est donc singulier dans l’histoire de l’Ecole et dans ma vie professionnelle, car me voici désormais investi de la direction de l’école nationale supérieure des officiers de sapeurs-pompiers, au service de toute une profession.

Mon destin personnel a peu d’intérêt, car comme chacun d’entre vous je suis un parmi la multitude, mais si je suis sensible à l’honneur qui m’est fait et à la confiance qui m‘est ainsi témoignée par notre autorité de tutelle, en me nommant à ce poste, je mesure également le poids de la responsabilité qu’une telle charge représente.

Prendre la direction d’une institution telle que l’ENSOSP, c’est d’abord incarner, pour un temps, les valeurs qu’elle porte.

C’est également porter, avec d’autres, l’ambition de toute une profession.

C’est encore représenter, le savoir, le savoir-faire et le savoir être d’une corporation qui, je l’affirme après 35 années passées au service de nos concitoyens, n’a pas à rougir de la place qu’elle tient dans le concert des corps constitués, en uniforme et des autres acteurs de la sécurité nationale. J’essayerais de m’en montrer digne.

Cependant, comme j’ai eu l’occasion de le dire à l’ensemble du personnel de l’Ecole, nous ne sommes tous que des occupants temporaires d’une fonction qui nous survivra et pour laquelle, chacun cherche à apporter le meilleur de lui-même.

J’aborde donc cette nouvelle fonction avec beaucoup d’humilité mais avec détermination. Dans ce cadre, je voudrai aujourd’hui vous faire passer un message de respect mutuel, de solidarité et de cohésion.

Les citoyens que nous secourons au quotidien comme en situation exceptionnelle nous font confiance. Ils ignorent la plupart du temps le statut du sauveteur qui se penche sur eux. Ils exigent de nous une obligation de résultat, nous ne devons pas les décevoir.

Alors je vous le dis : officiers volontaires et professionnels, vous êtes les deux faces d’une même pièce et ce sont ces deux faces qui lui donnent sa valeur.

Vous êtes, autour de ce carré de cérémonie, revêtus du même uniforme, celui qu’ont revêtu des générations de sapeurs-pompiers et qui nous identifie dans l’imaginaire collectif à un idéal : celui du mythe du sauveteur.

Alors ayons toujours à l’esprit que la valeur humaine ne dépend ni de l’uniforme, ni du galon qu’il porte et qu’au-delà des statuts et des formations, sous cet uniforme il y a des femmes et des hommes qui portent les mêmes valeurs au service d’un même idéal.

Et je n’oublie pas les personnels non sapeurs-pompiers qui contribuent à cette action collective et qui sont non moins méritant et portent avec nous ces valeurs, sans en avoir la même reconnaissance.

Montrons-nous dignes de l’uniforme que nous portons, celui-ci est un signal, un identifiant, mais il ne suffit pas à lui-même pour incarner ces valeurs. C’est par notre comportement au service des autres, en commençant par le respect mutuel, la solidarité et la cohésion que nous justifierons de ce petit supplément d’âme que la quête d’un idéal porté entre autres par notre corporation peut apporter.

 

Montée des couleurs en présence du Colonel Mené